Salon de lecture

Salon de lecture

Terpant Jacques, Sept cavaliers, éd Laffont, BD d'après l'oeuvre de Jean Raspail

Premier tome des Sept cavaliers : "Le margrave héréditaire".
A classer : inclassable en première approche, mais en y regardant de plus près, montre ce que doit être la volonté politique en temps de crise. Je dirai finalement : à classer Prudence politique.
Oeuvre de fiction qui décrit une Cité qui sera bientôt la nôtre. Bien plus, sous une forme analogique, montre la crise politique actuelle, ici et maintenant.
BD admirablement dessinée, pour réconcilier avec le pitoyable univers de la BD contemporaine. Des personnages hors du commun.
Une lecture-test pour faire connaissance avec les amis,les ennemis et les indifférents.
Disponibilité : toutes librairies.

Comme souvent avec les Bd qui trouvent grâce aux yeux de la famille dite nationale, il suffit de lire le patronyme d'un antique monolithe à la prose qui se voudrait tant ressembler sans le dire, à celles - lumineuse et habité- de St Loup et du père du "caporal épinglé", pour que tout soit plus que parfait... Mais neni! Là aussi la médiocrité est frappante. Hier au soir je me suis imposé la lecture de l'album, PFFFF!!! Pitoyable. Certe avec une belle couverture, on serait presque alléché, comme par la 4ème de couv à la sibylline mais fabuleusement engageante phrase: "Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée..." On devine Tolkien, on frémit de l'Epic à venir, mais l'honneur et la patrie il ne suffit pas de les évoquer pour couvrir d'un voile complaisant une absence criante de talent. Plus que tout autre sujet: humour parodique, école Belge, etc... La représentation de l'aventure héroïque exige la virtuosité graphique!
Vous avez eu le meilleur, stop! Et ça va durer 3 tomes (à 12,95 euro TTC!). Déja le dessin se veut REALISTE, c'est déprimant ceux-qui-croient-qu'ils-le-sont... Il ne nous est pas possible de reconnaître les personnages d'une case l'autre, aucune capacité de figurer l'action dans la rebellion des enfants qui se retouvent affligés de visages d'adultes (et oui les émotions c'est difficile en dessin!). Les chevaux c'est pire!(n'est pas Frazetta qui veut), quand au "Margrave" sensé exister sous les traits de Raspail... Tantôt marmoréen (bien!), mais le plus souvent vieillard aux lignes tombantes. Les expressions sont figées, les mains trés mal dessinées, les armes ridiculement petites et jamais dans les bonnes perspectives, et l'histoire... Incapable de vous faire pardonner le dessin! A la fin du volume on ne sait toujours rien de se qui a pu générer un tel chaos...
Bon, certains paysages ne sont pas trop mauvais et dans l'ensemble les couleurs sont réussies. Pour les petits enfants ça va, à partir de 7 ans je déconseille vivement cette fastidieuse lecture(même global), sinon ils ne vont plus jamais quitter leurs "Wii" et autres dépendances numériques!

A Bernard de Midelt: Je ne suis ni un ennemi, ni un ami, juste un "pseudo" comme toi, qui déteste la mocheté même (et surtout) si elle se pare de vertues qui nous sont chères.


0 appréciations
Hors-ligne
C'est aprés avoir lu le post de" B de M" que j'ai acheté l'Oeuvre... Donc bravo pour la force de conviction!

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres