Salon de lecture

Salon de lecture

Description du soft-totalitarisme
Profil supprimé

[Supprimé]

1 appréciations
Hors-ligne
« Le fondateur de “L’Evénement du jeudi” puis de “Marianne” élargit le débat en expliquant l’instauration et la persistance des tabous par l’absence de tout “pluralisme dans la presse”. “Aujourd’hui, constate Kahn, il n’y a plus que deux sensibilités qui s’expriment : la gauche bobo bien pensante et la droite libérale. La droite nationale, la droite gaulliste, la gauche républicaine n’ont plus de possibilité de s’exprimer. On n’est plus habitué à cette expression et, du coup, quand on l’entend, elle devient scandaleuse… Peu à peu se sont constitués non seulement une espèce d’idéologie commune à la classe journalistique mais aussi un rejet, comme inconvenant, de tout ce qui sort de ce qu’Alain Minc appelait ‘le cercle de la raison’ – ce qui […] sous–entend que ceux qui ne pensent pas comme lui sont fous ! […] Cette production de normes idéologiques […] est un mixte de ce que le terrorisme de droite a imposé et de ce que le terrorisme de gauche a imposé. Il y a cogestion de la pensée unique par la droite et la gauche…” Ce qui explique, reprend l’hebdomadaire “Rivarol”, la férocité sans égale avec laquelle la pseudo-droite a toujours appliqué la loi Gayssot. » (SOURCE : Interview de Jean-François Kahn in « Valeurs actuelles » du 02/01/09, dossier sur « Les nouvelles censures », extrait repris par « Rivarol » du 23/01/09, qui sait de quoi il parle, étant probablement le journal le plus lourdement condamné en France, de façon inique, pour délit d’opinion sans que cela se sache.)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres