Salon de lecture

Salon de lecture

Le droit et les droits de l’homme

 

Titre:

Le droit et les droits de l'homme

Auteur:

Michel VILLEY

Editeur:

PUF

Date de parution:

2008

Il n'est pas rare aujourd'hui d'entendre parler des droits de l'homme. Certaines interventions militaires dans le monde se font même au nom des droits de l'homme. De plus, les droits de l'homme sont un critère facile pour déterminer si tel ou tel régime politique est bon ou mauvais.


Et si les droits de l'homme n'existaient pas ? Telle est la question que pose l'auteur dans ce livre qui vient d'être réédité par les PUF.

A partir de l'analyse des deux termes « droit » et « homme », Michel VILLEY démontre qu'il n'y a pas de droits de l'homme. Ceux-ci sont ont été créés par une déformation du terme « droit ». La notion classique de droit n'admet pas la notion de droits de l'homme.


Dans la première moitié de l'ouvrage, Michel VILLEY définit la notion classique de droit. Pour cela, il se fonde sur des auteurs comme Aristote ou Cicéron. Le droit romain est d'origine grecque et plus particulièrement inspiré de la philosophie aristotélicienne.

Les Anciens avaient relié le droit à la justice : l'essence du droit est d'être juste et la justice est le fait de rendre à chacun ce qui lui est dû. Deux personnes se disputant un bien ou un honneur, etc… vont voir le juge afin que celui-ci détermine la part de chacun. Cette part représente un droit. Le droit est donc un objet extérieur à l'homme, c'est une proportion et c'est un milieu entre deux extrêmes. C'est donc le juge qui détermine les droits de chacun : « Nul ne peut rationnellement dans ses rapports avec autrui s'affirmer titulaire d'un « droit », si sa prétention ne se fonde sur la sentence de quelque « tiers désintéressé » ; il pourrait s'agir d'un arbitre librement choisi par les parties, mais ses décisions risqueraient d'être inefficaces. Pas de droit sans juges ; il n'est de juges, et de juristes pour les conseiller, que dans des cités organisées » (p. 46).


Michel VILLEY affirme même que les droits de l'homme sont la négation d'autres droits de l'homme (exemple : le droit à la vie et la droit à l'avortement). P. 152 : « Les droits de l'homme ne sont pas pour tous mais pour quelques uns. »


Dans la fin de l'ouvrage, Michel VILLEY démontre que les droits de l'homme sont un produit de l'époque moderne et qu'ils sont apparus sous l'influence de la philosophie de Scot, d'Occam, de Hobbes, de Locke, etc... Mais nulle part dans la philosophie antique ou dans le catholicisme il n'y a la trace de ces droits de l'homme.


Toute personne intéressée par la question des droits de l'homme et des questions qui découlent de celle-là doit avoir lu ce livre.



Jacques de la Morette

 



30/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres