Salon de lecture

Salon de lecture

Joyeux Noël (2005)

Ce film traite des fraternisations qui ont eu lieu en divers endroits du front à l’occasion de Noel 1914, et concentre les faits y afférant, avérés pour la plupart, en un seul lieu pour les besoins de la construction dramatique.

Le caractère monstrueux et totalitaire de cette guerre est évoqué dès l’introduction qui met en scene la haine distillée au Coeur des peuples entiers à partir de l’école. Car si le sujet nous parait incongru, c’est que nous ne pouvons plus considérer la guerre sans une haine totale de l’ennemi “au sang impur”! La fraternisation à l’occasion d’une fête religieuse comme Noël et la référence à un patrimoine culturel commun (bien rendu par l’importance des chants, identiques de part et d’autre bien qu’en langues différentes) aurait été d’une terrible banalité encore au Moyen-Age, où les “trêves de Dieu” multiples entre soldats “professionnels” étaient la règle.

On émettra encore quelques réserves sur les conclusions de ce très beau film… Tout d’abord sur la teneur du sermon sur la guerre du “Bien contre l’Axe du Mal”, fait par l’évêque ecossais venu remplacer l’aumonier “félon”: ç’aurait pu être une bonne caricature d’un discours de Pasteur américain bushiste, mais plus difficilement crédible dans la bouche d’un catholique écossais! De même, les sanctions qui frappent les troupes qui ont fraternisé semblent attenuées dans le camp francais par le fait que le héros Lieutenant est le fils du Général… Or, sans dénier un certain cynisme dans la politique britanique, ni la rigidité prussienne, il me semble au contraire que le nationalisme haineux et totalitaire reste encore, pour l’époque, l’apanage des Français!

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres