Salon de lecture

Salon de lecture

1970-Liberation de la Bretagne

Titre:

1970-Libération de la Bretagne

 

 

Auteur:

Jean-Pierre Nicaise

 

 

Editeur:

André Balland

Date de parution:

Juin 1969

 

Provisoirement blasé des livres d'histoire du Mouvement Breton qui, comme chacun sait, se finissent toujours mal, je me suis laissé aller à acquérir ce roman de politique-fiction, alors que je déambulais dans Bécherel, la Cité du Livre au nord de Rennes (visite que je conseille à tous les amoureux de la Bretagne, de vieux livres, ou bien de sites de caractère).

Ecrit en 1969, ce livre prédit l'élection de Pompidou (ce qui n'est pas absolument remarquable…), ainsi que (déjà plus audacieux !) l'enlèvement de Mme Pompidou par le FLB. S'ensuit une « guerre d'indépendance », qui n'est pas sans rappeler, dans son déroulement, la Guerre d'Algérie, encore si proche et présente dans les esprits : presque tout dans le scénario peut n'être vu que comme une transcription… Ainsi en est-il du passage du FLB, à la faveur d'une démonstration de force, du statut de groupuscule activiste à celui de mouvement bénéficiant d'un large courant de sympathie en Bretagne (comme le FLN) ; de la réponse française intransigeante sur l'intégrité sacrée et inviolable de son territoire national (« de la rive droite du Rhin à la pointe du Raz » comme, précédemment, « de Dunkerque à Tamanrasset »…) ; de la réponse à quelques coups de main de guérilla par une occupation militaire conventionnelle (cf. le flou sémantique, toujours en vigueur, pour distinguer en Algérie les « opérations de maintien de l'ordre » d'une vraie guerre, jamais déclarée) ; des « pieds-francs », entraînés dans une « semaine des barricades » par Pierre Simon, qui rappelle assez le pied-noir Pierre Lagaillarde ; des camps d'entraînement de l'ALB en Irlande (comme l'ALN s'entraînait au Maroc ou en Tunisie) ; de la « bataille de Rennes » menée par des troupes parachutistes professionnelles ; de la « tournée des popotes » conduite par Pompidou et traduite en « tournée des bolées » ; de l'offre de la « paix des braves »… Tout, jusqu'au rôle de traître, joué encore par De Gaulle, en aidant les nationalistes bretons, pour une sombre raison de vengeance personnelle !

Le récit n'est pas dénué d'humour et aboutit, après une alliance et un embrasement général des pays celtes, à l'indépendance de la Bretagne, puis à un développement économique inespéré, suite à un chantage rocambolesque à l'arme nucléaire… Cette histoire plaisante et l'amusement de lire, à la fin, que les familles bretonnes se disputent les bonnes françaises, ne m'ont vraiment pas fait regretter mon investissement (somme toute modique…) !

 

Georges Cadoudal



04/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres